Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Journal d'une étudiante

Journal d'une étudiante

Parce que l'expression est une manière d'extérioriser

Aujourd'hui

Aujourd'hui

Aujourd'hui j'ai envie de m'exprimer.

Aujourd'hui est un jour particulièrement difficile et il est enfin temps pour moi de dire ce que j'ai sur le coeur, ce que depuis longtemps je n'ose pas publier.

Alors oui, certains dirons "ça y est un attentat arrive et tout le monde se met à parler, ils auraient pas pu réagir avant" ou "ça ne sert à rien", ou encore "j'ai pas que ça à faire de lire les pensées d'une petite étudiante française qui sait pas écrire". Bien, vous direz bien ce que vous voulez, mais aujourd'hui j'ai envie de m'exprimer.

Non je n'aime pas crier haut et fort mes opinions personnelles, politiques ou religieuses. Pourquoi ? Parce que je considère que chacun a le droit de penser et agir comme il le souhaite, et que c'est le principe même de notre pays. Oui nous sommes la liberté: la liberté de penser, la liberté d'expression, la liberté de croyances, la liberté de vivre comme on le souhaite tout simplement.

Alors après tout, pourquoi je ne pourrais pas m'exprimer aussi ? Dire à ceux qui veulent bien me lire ce que je ressens, ce que je défends mais également ce que je rejette.

Non, aujourd'hui je ne veux plus être simple spectatrice de ce que je vois, alors que j'en ai tellement à dire. Aujourd'hui je veux m'exprimer, parce que peut être qu'écrire ce que je ressens me permettra de me sentir mieux, même si j'en doute.

Aujourd'hui, je me sens simplement et tristement impuissante face à ces actes, face à ces mauvaises pensées qui en résultent, face à l'horreur...

Non je n'ai pas perdu de proche dans ces attentats, et certains se diraient donc "alors pourquoi viens tu écrire alors que tant d'autres personnes souffrent ?". À cela je vous répondrai, certes je n'ai pas perdu de proche, mais j'ai perdu beaucoup également, j'ai perdu ma gaieté, mon sourire, mon espoir, mais je n'ai pas perdu mon amour ni ma détermination.

Et c'est avec cette détermination que j'écris aujourd'hui, pour dire ce que je pense, que je veux me battre, me battre contre l'inhumanité et contre l'extrémiste. Oui je veux me battre pour mes pensées, pour mon pays, pour l'ouverture, pour la solidarité.

Mais aujourd'hui, ce matin, j'ai du me lever et aller travailler comme n'importe quel autre jour, comme si rien n'était arrivé.

Oui j'ai du m'habiller, prendre la route et dire bonjour à tous ces gens devenus familiers qui souriaient, riaient et se racontaient leur week-end. J'ai du continuer à faire comme si tout était normal, comme si rien ne m'avait touché. Mais moi je ne me sentais pas à ma place, moi je me demandais ce que je faisais là, au milieu de tous ces gens, à faire un travail qui ne sert à rien. Moi je voulais faire quelque chose, je voulais agir mais je ne pouvais rien faire d'autre que faire les mêmes gestes que je fais habituellement. Je devais aller travailler ce jour là, parce que je suis responsable et que je n'abandonne pas, même si je me sentais ailleurs.

Moi toute la journée je n'ai fais que penser à ça, il n'y a pas une minute ou j'oublie ce qu'il s'est passé, ou j'oublie l'horreur que nous avons tous subis, les français comme le monde entier. Il n'y a pas une heure ou je n'ai pas peur des réactions qui en résultent, de ce que je vais entendre et que je vais devoir défendre suite à cela. Parce que non, je ne resterai plus muette à côté de ces paroles ou de ces actes, non je ne craquerai plus le soir en rentrant chez moi parce que je n'aurai pas osé le faire à ce moment même.

Aujourd'hui j'ai décidé de défendre plus que jamais mes pensées, de m'exprimer et de hausser la voix si il le faut, pour défendre mes valeurs, celles qui font qui je suis.

Aujourd'hui j'étais triste, aujourd'hui j'ai pleuré parce que je ne supporte plus cette situation, parce que je refuse d'accepter ce que la France devient et qu'on veuille tant nous détruire. Aujourd'hui, comme hier, avant hier, il y a un mois et même un an, j'ai peur de ce que certains deviennent, des pensées insupportables qui peuvent ressortir de certains et de ce que mon pays, ma France va devenir.

Aujourd'hui, je suis attristée par les attentats de Paris, par ce que devient la France, le monde.

Aujourd'hui je voudrais continuer d'être fière d'être française, de rester plus que jamais européenne, de pouvoir continuer à défendre mes valeurs, de me sentir libre et en sécurité ou que j'aille.

Aujourd'hui je m'exprime.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article